Les meilleures acquisitions de Google

Catégorie: 
google

Le géant de Montain View a encore frappé. En effet, la société Google fondée en 1998 continue son ascension en acquérant de nouveaux groupes.

Google, dérivé du mot « Googol » qui est la représentation d’un nombre gigantesque,  s’est donné comme mission d’organiser l’information à l’échelle mondiale et de la rendre universellement accessible et utile. C’est à travers leur activité principale, le moteur de recherche, que la multinationale touche à son but.

Depuis sa création, Google a une politique d’acquisition dite « agressive ». Effectivement, ces temps-ci, l’expression à la mode est la suivante « Google rachète ». La firme quitte le garage de Menlo Park qui lui servait de siège et dès lors, elle multiplie les achats de start-ups et continue son expansion.

"Google a racheté 127 sociétés et brevets depuis 2001."

Android, système d’exploitation pour smartphones, tablettes, PDA et mobiles doit son nom à la société éponyme, spécialisée dans le développement d’applications mobiles. Android possèdent alors 11 versions ayant toutes des noms de desserts (Apple pie, Bananas split, Cupcake, Donut…) et suivant une logique alphabétique. La version actuelle, sortie fin octobre 2013,  est la 4.4 KitKat qui propose entre autre une optimisation de la gestion des ressources ainsi qu’une évolution des éléments visuels.

En juillet 2005, Google a acheté Android Inc., qui était alors qu’une petite startup. Cette acquisition est caractérisée comme « La meilleure affaire jamais faite » selon David Lawee, vice-président du développement de l’entreprise. Le montant de cet achat est resté secret, cependant, nous avons quelques informations en ce qui concerne le montant total déversé par l’entreprise en 2005 : 130 millions de dollars. D’après plusieurs sources, Google aurait acheté Android pour une somme de 50 millions de dollars environ.

 

YouTube est un site web d’hébergement de vidéos, créé en février 2005 par Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim. Les utilisateurs naviguent sur le site et interagissent directement avec le contenu : ils peuvent envoyer, partager, regarder, commenter et noter des vidéos. Pour se différencier de ses concurrents, YouTube propose à tous les internautes, inscrits ou non, de visualiser les vidéos du site. Ces dernières, ont une durée minimum de 2 secondes et peuvent durer jusqu’à 596 heures.

C’est en octobre 2006 que Google rachète YouTube pour un montant de 1,65 milliards de dollars et représente à ce jour, la plus grosse acquisition de la société. En effet, Google a décidé de conserver le nom du site ainsi qu’une soixante de salariés et en particulier les cofondateurs Chad Hurley et Steve Chen.

6 mois après l’acquisition de YouTube, Google achète Double Click pour 3,1 milliards de dollars. Cette dernière est un fournisseur de solutions de gestion de campagnes publicitaires en ligne qui suscitait l’attention particulière des principaux adversaires de Google tels que Microsoft, Yahoo et AOL.  Elle a été rachetée 20 fois son chiffre d’affaires de 2006 qui est estimé à 150 millions de dollars.

Grâce à cette acquisition, Google bénéficie de plusieurs avantages. En effet, il met la main sur une technologie logicielle ainsi que sur le réseau de clients composés d’annonceurs et d’éditeurs dans un certains nombres de pays d’Europe et d’Asie.

Spécialiste de la sécurité Internet, Postini gère le filtrage de spams du fameux service de messagerie Gmail. En effet, Gmail est probablement le service de messagerie qui compte le moins de spams. Pour ce faire, Google a du s’emparer de Postini pour la somme de 625 millions de dollars. Ce service fait partie de l’offre Google Apps et permet aux utilisateurs de filtrer les mails qu’ils reçoivent avant qu’ils arrivent sur leurs serveurs en éliminant d’une part les virus et autres mails indésirables.

L’ensemble des applications professionnelles de Google ont rapidement bénéficiées des capacités de Postini qui lui ont permis d’éviter les problèmes de sécurité d’une part, et convaincre les nouvelles entreprises d’utiliser Google Apps.

AdMob, acteur incontournable de la publicité sur mobile a été fondée en 2006 par Omar Hamoui. Plusieurs agences ont été ouvertes entre New-York, Londres, Tokyo et Singapour avec un siège situé à San Mateo en Californie. Il se considère comme une plate-forme qui propose des solutions de publicité et de monétisation mobile, dont voici la liste de ses principaux produits : AdMob for Iphone, Mobile Analytics, Mobile Metrics et un Marché de la publicité sur mobile

L’empire Google a déversé 750 millions de dollars en novembre 2009 afin de faire une entrée mémorable dans le monde de la publicité mobile.

L’entreprise de Boston ITA Software, spécialisée dans les bases de données d’informations sur les vols des compagnies aériennes a été rachetée par le géant de Mountain View en 2009. Le montant de cette acquisition est de 700 millions de dollars en cash. Cependant, Google ne compte pas utiliser ce logiciel afin de vendre des billets d’avion mais pour renforcer son moteur de recherche, aux dépens de ses concurrents.

Google gagne énormément d’argent grâce aux publicités que ce soit sur le web ou sur mobile. Admeld permet aux éditeurs web de gérer de manière plus rentable et efficace leurs espaces publicitaires. En effet, le but est d’aider les grands éditeurs à exploiter au mieux le paysage des bannières publicitaires via le service d’optimisation des recettes proposé par Admeld.

En 2011, la société Motoral se divise en deux compagnies : Motorola Solutions axée sur les technologies de la police, et Motorola Mobility qui garde la production de téléphones mobiles. Larry Page, le dirigeant de Google annonce une opération majeure avec l’acquisition de cette dernière en 2011, pour un montant de 12,5 milliards de dollars. Avec ce rachat, Google avait pour intention de concurrencer Apple et son iPhone. En effet, en mettant la main sur Motorola Mobility, Google  profite de 17 000 brevets qui lui ont permis d’évoluer rapidement dans le domaine de la téléphonie mobile. D’autant plus, la société de Mountain View favorise l’intégration d’Android en maitrisant la conception matérielle et logicielle des téléphones mobiles.

En 2014, Google revend Motorola à Lenovo pour 2,91 milliards de dollars.

Après l’échec du rachat de Buddy Media, Google s’attaque à Wildfire et réussit son pari. Startup spécialisée dans le marketing des réseaux sociaux, propose une suite d’outils qui permettent aux marques de gérer leur visibilité sur Facebook, Twitter, YouTube, Google+, LinkedIn et Pinterest. Le montant de la transaction n’a pas été révélé. Cependant, quelques sources affirment que la firme a déboursé 250 millions de dollars pour acquérir la société créée par Victoria Ransom et Alain Chuard.

La startup israélienne Waze, fondée en 2008 par Uri Levine, Ehud Shabtai et Amir Shinar, propose une application mobile gratuite de navigation GPS. La navigation de Waze s’appuie sur un contenu généré par ses utilisateurs, que ce soit au niveau des cartes ou sur l’état du trafic. Les utilisateurs signalent les embouteillages, les accidents ou encore les radars. De ce fait, les automobilistes qui suivent le même trajet seront avertis.

Google a racheté la startup pour 3,2 milliards de dollars en cash ce qui représente une de ces plus grosses acquisitions.

Une des dernières acquisitions en date et pas des moindres, est celle de Nest Labs, pour la modique somme de 3,2 milliards de dollars. Le géant de l’Internet s’est offert cette entreprise américaine créée en 2010, composée de plus de 300 employés.

La startup qui représente aujourd’hui une des trois plus importantes acquisitions de Google, est spécialisée dans les objets « intelligents » : une alarme incendie qui détecte la fumée et calcule le taux de CO2 ainsi que des thermostats connectés à Internet afin de surveiller la température de son logement.

En effet, la domotique est un secteur qui subit une grosse évolution. Les équipements connectés pour la maison sont de plus en plus présents et le marché est en plein essor. Cet achat laisse penser que Google développera d’autres matériels à l’aide de cette technologie, et comme dit Shyam Patill, analyste chez Wedbush :

« La domotique est un segment de choix lorsqu’il s’agit de mettre Internet partout et de tout connecter. »

Le géant continue son ascension avec deux autres acquisitions en plus de Nets Labs : Boston Dynamics, fabriquant de robots humanoïdes et DeepMind, spécialiste dans l’intelligence artificielle qui confirment l’envie de la société d’élargir son secteur d’activité.