Le management collaboratif

Catégorie: 

Le management collaboratif

Il existe 4 grands types de management qui définissent chacun une façon dont un manager mène à bien ses projets et supervise son équipe : le management directif, le management persuasif, le management participatif et le management délégatif.

Aujourd’hui, dans un environnement professionnel en perpétuelle mutation, les entreprises ont dû adapter leur façon de manager au changement et de ces transformations est né le management collaboratif.

Management collaboratif image

Qu’est-ce que le management collaboratif ?

Depuis les années 80, on incite les salariés à faire preuve d’initiatives sur la manière de réaliser leur travail, sans pour autant leur laisser une grande liberté décisionnelle, ou les laisser s’exprimer en dehors de leur périmètre de responsabilité.

C’est dans les années 90, par le biais des « boites à idées » et des brainstorming que la mise en avant d’un système collaboratif s’est manifestée.

Dans un contexte de crise économique et de mutation permanente, où il est difficile de manager le changement, il faut désormais changer le management et le management collaboratif apparait comme la solution la plus pertinente.

Ce nouveau mode management permet en effet de faire face à un environnement imprévisible, de réagir face à de nouveaux concurrents de plus en plus nombreux et agressifs, de s’adapter aux besoins de clients toujours plus impatients, exigeants et individualistes et de rester serein dans un contexte de crise financière.

Dans un premier temps, il faut bien le différencier du management participatif qui a pour but de laisser aux collaborateurs un certain pouvoir de proposition. Le management participatif n’est qu’une version diminuée du management collaboratif.

Le management collaboratif désigne un travail qui n’est plus fondé sur l’organisation hiérarchique traditionnelle. C’est un nouveau mode de travail qui met en collaboration l’ensemble des acteurs d’une même entreprise pour la réalisation de tâches qui visent à atteindre un but commun.

Le management collaboratif part du principe que l’on peut faire confiance aux salariés car ils sont compétents, ils ont le sens des responsabilités et l'envie d'être associés aux projets de l'entreprise.

Ce management a pour but d’allier épanouissement personnel et performance économique.

Son principal enjeu est d’instaurer la confiance là où autrefois se trouvait la pression hiérarchique et de mettre en place de nouveaux modes de collaboration. Pour cela, il doit mettre en avant l’intelligence humaine et la solidarité.

Le management collaboratif c’est l’occasion de partager ses connaissances et d’en acquérir de nouvelles, de se sentir impliqué et au final de contribuer au bien-être de chacun des membres de l’entreprise.

Pascal Christin, consultant CSP Formation en Management et Leadership, le définit d’ailleurs comme « l’envie de faire ensemble, d’aimer faire ce que l’on fait avec les autres, de grandir ensemble chacun à son rythme »

Comment mettre en place ce type de management au sein de son entreprise ?

N’étant plus dans le modèle pyramidal traditionnel, les relations de travail sont plus horizontales avec un partage des connaissances et des ressources. Le management collaboratif place l’homme au centre de l’organisation et il est basé sur quatre piliers que l’on appelle également les 4C : la coopération, le choix, la confiance et la convivialité.

Les 4C du management collaboratif :

  • Coopération : C’est la notion la plus évidente et la plus importante. Les collaborateurs de l’entreprise travaillent en équipe et on mélange les compétences pour obtenir un résultat optimal. Grâce à la coopération on multiplie les innovations et les échanges pertinents entre les employés. En instaurant un soutien mutuel, elle permet de faire face aux difficultés plus facilement.

 

  • Choix : C’est le fait d’être plus libre dans son travail, de pouvoir l’organiser comme bon nous semble tout en conservant la notion datteinte d’objectifs. Le choix concerne essentiellement l’organisation du travail et demande en contrepartie une responsabilisation et un engagement de la part de chacun.

 

  • Confiance : La confiance doit tenir un rôle primordial dans ce type de management. Pour que cette confiance s’installe entre les collaborateurs et les dirigeants, il faut que l’entreprise prenne des directions en accord avec ses valeurs.

 

  • Convivialité : Le but étant de travailler en collaboration avec les autres membres de l’entreprise, il est nécessaire d’installer une ambiance de travail conviviale. En effet, un environnement sain permet de prendre plaisir à travailler et de motiver les collaborateurs. La célébration des victoires de l’entreprise ainsi que la mise en place d’un équilibre entre vie privée et vie professionnelle par exemple permettra aux membres de l’équipe de se réaliser sur le plan personnel.

Le management collaboratif comprend également de faire circuler l’information facilement au sein de l’entreprise, d’être flexible pour s'adapter aux imprévus, de baser les relations sur la confiance entre les individus, de responsabiliser les collaborateurs et d’évaluer le travail de groupe et non les individualités. Pour cela la diffusion de l’information repose sur des outils adéquats tels que les plateformes collaboratives, les solutions de stockage en ligne ou encore les réseaux d’entreprise.

En effet, pour Serge Levan, consultant indépendant, expert des nouvelles pratiques de travail collaboratif en ligne et enseignant à l'université de Troyes, le management collaboratif n'est « rien moins qu’une NFOT : nouvelle forme d'organisation du travail, qui revêt trois aspects : communication, coopération, à savoir partage de ressources, et coordination, c'est-à-dire synchronisation entre les actions et les acteurs”.

Le manager est placé au centre de l’organisation plutôt qu’au sommet, il perd donc en quelques sortes sa position de « donneur d’ordre ». Il se doit de devenir un accompagnateur pour son équipe au quotidien et de favoriser la coopération et la cohésion d’équipe en prenant en compte les spécificités et les compétences de chaque collaborateur. Il doit créer un environnement positif et du bien-être au travail.

Il n’y a donc pas de démarches particulières pour mettre en place un management collaboratif dans une entreprise. Il est cependant important de ne pas passer d’un management traditionnel à un management collaboratif du jour au lendemain mais bien d’envisager une évolution progressive. Un changement trop brutal serait mal accepté des collaborateurs qui se sentiraient déstabilisés et perdraient leurs repères.

 

En conclusion, je pense que le management collaboratif est un management moderne, parfaitement en accord avec le contexte actuel et l’évolution des valeurs dans notre société. C’est une pratique difficile à mettre en œuvre et qui demande de respecter un certain nombre de règles pour fonctionner.

C’est un véritable défi à relever pour les managers qui doivent apprendre à coordonner sans centraliser et à animer sans hiérarchiser. Ce management nécessite une véritable ouverture d’esprit et une prise de risque. On peut d’ailleurs se demander si l’inéquation entre la structure traditionnelle verticale des entreprises et cette nouvelle méthode de travail n’est pas vouée à l’échec. En effet, l’organisation au sein de l’entreprise peut constituer un véritable frein.

Il s’agit pourtant pour moi d’un véritable état d’esprit basé sur le partage qu’il est intéressant d’insuffler à son organisation puisqu’il facilite les interactions, la motivation, la complémentarité et la montée en compétence de tous les collaborateurs.

Sources :